La Lettre Incohériste
 
& 8/17
 
 
Textes et photographies
Alain Blandin
 
 
RéSonEssences
 

 

Rêve intégral
 
Naître à Soi
Grandir en l’Absolu
S’ouvrir à Cela
Reposer ici et maintenant en la Félicité de l’Ainsité
Co-célébrer la danse de la Lumière
Calligraphier le Réel
Partager le Mystère dans le silence du Verbe
Être investi de l’absolu
Et partager l’e Mystère au cœur même de la banalité.
Rêve intégral, Folie à peine contrôlée, passage sans porte.

 
L’absolu moins une

Au bord du Vide
Le Souffle de l’Esprit
Eveille la douce Présence qui meut la Vie
Et restaure l’Être à son éternité.
Comment sauter quand tout est là !?!?!

 
 
 
 
Félicité du Soi
 
Immortel banni qui renaît au Ciel en l’Ange reconnu
Dieu accompli en l’au-delà de l’Homme
Je suis, la Félicité de Tout en Rien
 
 
Lune des lunes
 
Déesse d’Outre-Vie
Assomption de la Grâce
Qui éveille le non né à la plénitude de l’Être
Matrice lumineuse qui fait naître les mondes
Beauté vivante qui éclaire les hommes égarés dans le temps
Fais-moi participer pleinement au Rêve du Réel
Apprends-moi la souveraine Un-différence
Qui fait advenir Rien en Tout
 
 
Ultime soupir

Déesse de la Création
Que ton parfum internel me libère de moi-même
Cultive à travers moi la Rose de ton éternelle advenance
Montre-moi comment vivre simplement en cela
Dans l’accomplissement de Ta Grâce infinie



 
 
 
Eternelle Advenance

Résonance de l’absolu
Qui fait jaillir dans le Corps les feux alchimiques de la Présence
Qui s’ouvre au Réel,
Champ unifié de conscience en toute chose,
Jeu de l’absolu à travers les apparences,
Rencontre de l’Un dans le Tout Autre,
Avènement poétique de l’Ineffable dans la transparence du Réel,
La Soleil brille dans le cœur des êtres libres
Shiva danse la plénitude d’Être
Le Phénix traverse les mondes
L’absolu se replie dans l’avènement du parfum de l’a Rose
Om, Shakti Om !
 
 
Secrète Alliance

Puissance ineffable des essences
Intensités d’Être qui réveillent le Corps Vide
Beauté mystérieuse de la Fleur d’Eternité
Née de l’éternelle rencontre du Soi avec la Vie
Silencieuse coïncidence où tranparEst le Réel
Eternité au cœur des sens
Vision transparente au cœur de l’œil invisible de Dieu
Béatitude de la banalité vécue en sa noble origine
Théophanie de l’Un dans le Deux,
Magie de l’Un à travers le Deux,
Alchimie du Deux qui Se fait Un
Silence de Cela en Tout
Présence au cœur de l’absence
Saudade du Réel

Simplement
Aimer Cela à tout rompre
Rêver l’Un-possible
Jouir librement
Être pleinement
Et, surtout, oser Cela ici, maintenant
Jusqu’à Tout rompre
 
 
 

 
 
 
Evidessences
 
 
 
Non où
 
Non où
Nulle part où aller
Lieu sans destination
Centre sans périphérie
Déjà arrivé.
 
Ne vers,
Accès au Pays du Non où.
Une seule direction, la verticale de l’instant.
Une seule qualité, le sans qualité.
Une seule essence, la liberté.
Un seul rite, la célébration gratuite.
Un seul art, l’excellence.
Une seule science, le jeu de la conscience-énergie.
Une seule vérité, le Réel.
Une seule déité, la Grâce de l’Absolu.
Une seule vision, la poétique de la transparence
Une seule matière, le Silence.
 
Non où,
L’Orient sans direction,
La qualité sans l’attribut,
L’excellence sans défaut,
Le Verbe sans commentaire,
Le silence sans restriction,
L’intervalle sans limite
L’évidence sans but,
L’inconnaissable pour toute gnose.
 
Ne Vers
La totalité non pré-méditée,
Le Rien comme substance,
La présence comme aperformance,
L’absolu comme banalité.
 
Non où,
Ni premier ni second,
Rien que la fulgurance.
 
Ne vers,
L’acceptation pleine et entière de Tout-Cela,
La reconnaissance de c’est ici,
La folie de c’est ça… ou pas !
 
Non où,
Accès au sans-accès
Axe c’est sans accès
Nulle part ailleurs.
 
Ne Vers,
Etre Soi, Personne
Etre là, nulle part.
 
Ne vers, Non où.
Vide d’autres,
Plénitude d’Autre.
Plénitude et Vacuité
Vacuité Est Plénitude.
 
 

 
 
 

Béatitudes du Rien
 
 
Heureux ceux qui se tiennent au bord de la falaise
Qui s’effondre sous les attaques de la mer du monde,
Ils n’ont rien à quoi se raccrocher.

Heureux les oubliés du monde,
Ils connaissent le Réel.

Heureux ceux qui ont été brûlés au Feu du Rien
Et qui demeurent Présents,
Ils sont incorruptibles.

Heureux ceux qui sont nus,
L’infini Un est leur manteau.

Heureux ceux qui sont dans la Ténèbre,
La lumière originelle les nourrit.

Heureux ceux qui sont Silence,
Le Verbe emplit la caverne de leur Être.

Heureux les ignorants,
La Voie les guide là où ils Sont.

Heureux ceux qui, envers et contre tout, Aiment,
La non-dualité est le fruit de leur folie.

Heureux les Artistes de l’Intervalle,
Ils connaissent l’énergie dans la forme,
L’essence dans l’énergie, le vide dans l’essence,
La plénitude du Vide.

Heureux ceux qui volent dans le Ciel
Ils connaîtront le Pays du Non où.

Heureux ceux qui ont le Vide pour tout Corps,
La légèreté est leur signe, la Grâce leur manne.
Partout, ils sont Nulle Part.

Heureux ceux qui sont Cela en tout,
Ils sont Tout.

Heureux les Fous du Rien
L’Art, la Féminité, le Vouloir, la Beauté, La Liberté sont leur nectar.
La Sagesse de l’absolu, la Félicité sans objet leur parfum.

Heureux ceux qui connaissent le Roi caché,
La liberté est leur nature,
L’intérieur de l’intérieur leur Royaume.

Heureux ceux qui sont en la Lumière
Le dernier voile est leur ultime défi.

Heureux les non nés,
Ils Sont Soi.

Heureux les Frères et Sœurs de l’Ineffable,
Ils sont déjà arrivés.