Née en 1946, à Sétif (Algérie), je suis la dernière d’une famille de quatre enfants. J’ai vécu de 8 à 14 ans à Bône, où se promener sur les quais le dimanche était une promenade bien plus agréable que d’aller arpenter les allées du cimetière ! Quoique… Les Bônois aimaient à dire « le cimitière de Bône, envie de mourir y te donne ! ».
Ma famille a quitté l’Algérie en 1961 pour vivre à Marseille où je suis restée jusqu’à 20 ans (dont deux ans d’études de lettres, psycho et droit à Aix-en-Provence). Bizarrement, mes racines ne se trouvent ni dans la terre d’Algérie (où mes ancêtres étaient pourtant arrivés de Suisse et de Malte, au  début de la colonisation), ni en France, ni même en Malte ou en Suisse, mais dans un no man’s land international, façon de me sentir un petit point lumineux dans le grand Univers.
Attirée par la vie religieuse et l’Écriture Sainte, je me suis engagée comme « religieuse de la Sainte Famille de Bordeaux » pendant sept ans. Tout en préparant une licence d’enseignement religieux à Lyon, je m’occupais de catéchèse spécialisée auprès de jeunes handicapés mentaux, et d’adultes à l’hôpital psychiatrique du Vinatier.
Mes études à l’École de Psychologues-Praticiens, menées conjointement avec une psychanalyse personnelle m’ont permis d’exercer comme psychothérapeute auprès d’enfants et d’adultes, tant en institutions qu’en libéral au Chesnay.
Assurer quelques cours en D.E.S.S. (psycho-pathologie du groupe familial), conférences et cours pour former des thérapeutes de couple (A.F.C.C.C., Paris), ma participation au Comité de Rédaction de la revue Dialogue (A.F.C.C.C.), tous ces jalons d’un parcours éclectique ont toujours eu comme point commun la passion de l’écriture, dans la relation à l’autre. Écrire et communiquer. Écrire et partager.
 
Goûts et hobbies
 
J'aime écrire, jouer avec les mots, les formes et les couleurs  
J'aime déjouer la tristesse, chanter et manier l’humour
J'aime calligraphier, enluminer, coudre, broder
collectionner, bricoler et tourner l'orgue de Barbarie. 
J'aime créer, inventer, animer un groupe,
 
 

Passionnée par les civilisations antiques et plus particulièrement par l’Egypte, dont un professeur de sixième m’a fait découvrir l’étrangeté et la multitude de croyances possibles, je me suis initiée à l'écriture des hiéroglyphes (institut Khéops de Paris). (À l’époque, je rêvais de devenir archéologue). Puis avec une amie, nous avons conçu et peint ensemble le Tarot des Hiéroglyphes. L’étymologie grecque du mot « hiéroglyphe » signifie bien « écriture sacrée ». Trois écritures étant considérées comme sacrées, le sanscrit, l’hébreu et l’écriture hiéroglyphique, il m’est apparu qu’un tarot égyptien basé sur les hiéroglyphes et les divinités ne pouvait qu’être chargé de spiritualité et mettre la personne qui s’en servait en relation avec cette zone mystérieuse, immatérielle et aux multiples noms qu’est l’Au-delà !

« hiéroglyphes » se prononce medou  neterou         
= bâtons de Dieu = paroles divines, et s’écrit ainsi : 

 

 
 
Calligraphier, enluminer est aussi une mise en lumière de l’écriture. J’ai donc suivi l'enseignement de grands calligraphes et artistes tels que Roger Druet et Shinta Zenker. Puis j’ai consacré trois ans à calligraphier L'Apocalypse de Jean, tout en donnant une interprétation psychanalytique aux symboles et à la progression que suit ce texte. Cette création fut pour moi un vrai bonheur !
 
L’écriture dans la ville. L’idée de créer au Chesnay un lieu transitionnel, où chacun pourrait venir s’asseoir, parler avec la vendeuse, de tout et de rien, de projets comme de soucis, me fit créer une petite librairie-papeterie, qui favorisa des rencontres avec d'autres passionnés de littérature et d'écriture. Une de ces rencontres (poissonnier proche de la librairie) fut à l’origine du récit Les enfants de Pitchipoï, histoire du petit Bernard qui a sept ans lorsque son père revient d’Auschwitz, et qui trouve sa propre voie en partant en kibboutz où il rencontrera sa femme.
 
Animer des ateliers d’écriture pour adultes, créer la Cité de l'Écriture, association chesnaysienne, lancer une revue trimestrielle Le Scribe, et organiser chaque année « La Dictée du Chesnay », m’a permis de croire pendant quatre ans, au projet de construction d'une véritable Cité de l'Écriture regroupant auteurs, calligraphes, éditeurs, ateliers divers et amateurs des mots et des civilisations.  
 
Des études de Lettres modernes à Nanterre. Redevenir étudiante à 59 ans tout en gardant mon activité de psychothérapeute en libéral, nécessita de jongler avec le temps… Rédiger un Mémoire de Master sur le mythe de Babel revisité par des contemporains tels que Paul Auster et Anselm Kiefer, cela compte parmi les moments de joie et de création inhérents à ce type d’études.
 
Et toujours... ÉCRIRE.
 

 
CURSUS
 
Propédeutique LETTRES MODERNES, Faculté d’Aix-en-Provence
1965
Licence d’Enseignement Religieux du second cycle, Facultés Catholiques, Lyon
Diplôme de Catéchétique
1970
Diplôme de Psychologue Praticien, École de Psychologues Praticiens, Paris  1974
D.E.S.S. de Psychopathologie clinique    
1975
D.E.A. psychologie clinique, Université Paris V 1984
Doctorat de Psychologie clinique, Université Paris V                                                 
Thèse : Recherche sur les processus à l’œuvre chez les familles de créateurs,
Dr Jean Lemaire, directeur de mémoire.  
1987
Master 1 de Littérature comparée, Université Paris X, Nanterre                         
Mémoire : BABEL, architecture de l’acte créateur dans l’œuvre de Paul Auster et d’Anselm Kiefer. Directeur de mémoire, Madame Sylvie Parizet
2007
                

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE
 
Psychanalyste, thérapeute de couple et de famille, thérapeute E.M.D.R.
C.M.P.P. ; D.A.S.S Yvelines ; activité libérale.
1974-2011
Animatrice d’Ateliers d’écriture (adultes et seniors, enseignants) 1980
à ce jour
Formatrice de thérapeutes familiaux, PSYFA, Versailles 1982-1991
Chargée de cours en D.E.S.S., université Paris V (Psychopathologie du groupe familial) 1981-2000
Enseignement universitaire pour Thérapeutes de couple  (A.F.C.C.C.), Paris 1984-2000