Ruggiero del Ponte est l’un des pseudonymes utilisés par Gérard Valin en tant qu’auteur de théâtre.

Ancien directeur général de compagnie d’assurance, ancien directeur général du Groupe ESSEC et expert judiciaire financier honoraire près la Cour d’Appel de Paris, il a entamé une carrière littéraire de « l’été indien », à partir de 2007, ce que Thomas Mann aurait appelé un « Nachlebenzeit ».
Il est l’auteur de cinq pièces de théâtre dont : le « Mémorial de Chartres » (le massacre des Tirailleurs Sénégalais par la Wehrmacht devant Chartres en juin 1940), publié par l’Harmattan (Collection Théâtre des cinq continents), en 2013.

Ruggiero del Ponte est amateur de littérature provençale et lecteur assidu des poètes romantiques allemands, mais également bon connaisseur du milieu financier international qu’il a fréquenté pendant plus de trente ans, sur les cinq continents. Il s’intéresse par ailleurs, pour des raisons familiales, à l’histoire de la diaspora écossaise à partir du XVIIIème siècle.

Il fait partager ses passions  et ses doutes à son public  grâce aux confrontations cruelles de ses  personnages avec les bienfaits et les  tourments de leurs époques et de leurs cultures  respectives. A la recherche des motivations profondes des uns et des autres, il propose une interprétation originale des destins de chacun à travers les péripéties de l’histoire. Sollicitant l’attention et la sensibilité de ses lecteurs, il souhaite promouvoir une éthique de la discussion selon une approche personnaliste.

Sa dernière pièce de théâtre, achevée en novembre 2014, sous le pseudonyme Alexis Boscalis : « Le DSK nouveau est arrivé », met en scène les fantasmes des milieux transnationaux de la publicité et des cosmétiques au début du XXIème siècle. Les autres pièces sont écrites sous le pseudonyme : Federico Novosco (*).

Il prépare actuellement deux ouvrages. Le premier sera un essai : « Le retour »,  inspiré par la décision de Thomas Mann de quitter les Etats-Unis pour l’Europe, à l’issue de la seconde guerre mondiale. Le second prendra la forme d’une fiction historique au XIVème siècle : « Meurtre au Palais des Papes ».

Gérard Valin est né en 1947 en Avignon et a vécu dans la région parisienne pendant de nombreuses années. Sa vie professionnelle l’a conduit en Afrique, en Chine, au Japon, en Russie, aux Etats Unis et dans la plupart des grands pays d’Europe.


(*) Ses autres pièces de théâtre : « Global Bank » (Mésaventure d’un trader en temps de crise financière) ; « Novalis à Freiberg » (La dernière nuit de Noël du poète romantique allemand avec sa fiancée) ; « Sirius » (Pastiche du dernier roman, inachevé, d’Henri Bosco, « Une Ombre »).