Sabine Bourgey est historienne de formation, expert en numismatique, elle a publié une quinzaine de livres : essais sur des sujets de société, ouvrages spécialisés en numismatique, beaux-livres, roman…
 
Après une thèse soutenue en Sorbonne sur « Les trésors de monnaies en Italie aux Ve et VIe siècles » et des études de droit à l’Université d’Assas, Sabine Bourgey prend, dès 1993, la direction des activités de la maison familiale, en tant qu’expert en numismatique.
 
L’Hôtel des ventes du quartier Drouot, le marché de l’art et le monde des collectionneurs lui sont familiers : la maison Bourgey créée en 1895, dirigée successivement par son grand-père et son père, est installée au 7 de la rue Drouot depuis 1907. Ainsi, en 1983, Sabine Bourgey organise sa première vente aux enchères, celle de sa collection de sucre, en collaboration avec le Centre d’Études et de Documentation du Sucre (C.E.D.U.S.), au profit de la recherche médicale. En 1992, c’est sa collection de pin’s qui est vendue, toujours à Drouot, au profit de la Croix Rouge.
 
C’est dans le cadre de la numismatique qu’elle publie ses premiers ouvrages, à l’adresse du grand public (Les monnaies romaines et Les monnaies françaises chez Ouest-France en 1982 et 1986), et dans une perspective plus scientifique (L’empire romain et La République romaine en 1988 et 1994, en quatre tomes, en collaboration avec Georges Depeyrot et Jean-Luc Desnier, chez Errance). Elle participe en tant que journaliste aux campagnes américaines de recherches du Nuestra Senora de las Maravillas, galion coulé au large des Bahamas en 1656. Sa passion pour les trésors maritimes et terrestres est sensible dans les deux livres qu’elle publie, le premier en 1988 chez Errance, Trésors, archives secrètes, le second en 1996 aux Editions de l’Amateur, Trésors, légendes et réalités (Prix 1997 de l’Association Internationale des Numismates Professionnels).
 
De 1988 à 1994, elle publie des articles sur les monnaies, les bijoux et les trésors en collaboration avec plusieurs journaux et revues tels que Le Figaro, Le Point, Historama ou L’œil. En 1997, elle est directrice de collection pour la série « Monnaies » aux Editions Atlas. Depuis le début des années 1990, elle donne des cours d’initiation à la numismatique et au marché de l’art à l’Ecole d’Art et de Cultures (E.A.C.) et à Drouot-Formation.
A partir de 2001 commence une collaboration avec les Editions Horay et la publication de plusieurs essais sur des sujets de société : Héritage, tabous rêves et réalités en 2001, Sucre et sel, histoire de poudres blanches, en 2003, Le grand livre du petit coin, en 2006, qui fait l’objet de deux nouvelles éditions augmentées en 2007 et 2008. L’art et la manière d’avoir de la chance enfin est publié aux Éditions du cherche-midi en 2009.
 
Les deux derniers ouvrages de Sabine Bourgey recouvrent à bien des égards une dimension plus personnelle. Sous le signe du métal. Histoire d’une famille du marché de l’art, paru en 2011, est un livre important, notamment par la masse de documentation qu’il réunit (articles, lettres privées, photographies d’époque), en forme d’enquête historique aux accents autobiographiques. Le trésor de la rue Mouffetard, paru en 2012, est son premier roman et marque le début d’un nouveau volet de son activité littéraire.
 
Sabine Bourgey a été vice-présidente du Syndicat National des Antiquaires de 2004 à 2013 et présidente de la Commission Culture et Vie Pratique, et créatrice du Prix SNA du livre d'art. Elle est membre du Conseil des Ventes Volontaires depuis 2011 et du Comité d'éthique de Canal+ depuis novembre 2017.
 
Site internet professionnel de Sabine Bourgey, expert en numismatique (ventes publiques et à l’amiable, livres numismatiques de collection) :